Si pour certains l’hirondelle est une promesse de printemps, d’autres détruisent encore leurs nids à cause des salissures qu’elles occasionnent sur les façades des bâtiments où elles tentent encore de nicher...
Pour ces derniers, cette "opération de nettoyage" pourrait bien leur faire gagner des vacances à 9 000 € sous les barreaux…
Si les effectifs de ces oiseaux ont chuté d’environ 40 % ces vingt dernières années, ce n’est pas un hasard. Chaque année en France, de nombreux nids, œufs et couvées sont impitoyablement détruits.
La période est bien choisie pour rappeler qu’un tel acte est illicite et lourdement condamné : «… toutes les espèces d’hirondelles, des plus communes au plus rares, sont protégées par la loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la nature, aujourd’hui codifiée par le code de l’environnement et un arrêté ministériel datant du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire. Les martinets sont également sous cette protection. Il est donc interdit de porter atteinte aux individus, à leurs nids et à leurs couvées. Dans le cas des hirondelles, par exemple, tout auteur d’une infraction constatée ou témoignée est passible d’une amende de 9.000 euros et d’une peine d’emprisonnement de six mois  ».
D’autant plus qu’il existe des solutions simples et peu coûteuses pour cohabiter avec ces amicales et fidèles compagnes des temps agréables comme construire une petite planchette anti-fientes.

Lettre d'infos

Recevez la lettre d'informations du vendredi!

Nom:

Email:

Voir aussi

Proposez votre info

Vous souhaitez nous proposer un contenu à placer dans une des rubriques du site? Soumettez-nous vos informations!

Identification

Joomla ExtensionsBangla MusicDrupal Moduleswordpress pluginsBangla NewspaperDownload Online VideoWeb DevelopmentPhp Programming